Notre mariage traditionnel polynésien.

Coucou ma vahiné,

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec toi une expérience inoubliable vécue avec Monsieur G en septembre 2015 : notre mariage traditionnel polynésien.
A ce sujet, et avant de rentrer dans les détails, je précise que ce mariage traditionnel n’a aucune valeur légale.

Avant tout, je te plante le décor : le 22 août 2015, nous nous sommes dit Oui à Carcassonne, dans le sud de la France. Un mariage somme toute des plus traditionnels, mairie / église / cocktail de ouf / repas / fiesta. Un super mariage, complètement en adéquation avec nous et nos envies #grosserégalade !!!

Finalement, nous n’avions pas fait de liste de mariage traditionnelle, juste ouvert une cagnotte dans une agence de voyages pour payer notre Lune de Miel. En effet, tu le découvriras assez vite mais les voyages c’est notre dada !
De fait, nous avions une idée précise de ce que nous voulions faire : partir 3 semaines en Polynésie et faire une grosse escale à Los Angeles et Las Vegas (où nous nous sommes remariés, mais ça, c’est une autre histoire).

En fait, la chance inouïe que nous avons est que la cousine de Geoffray, Rebecca, vive là bas, à Taha’a. Une petite île qui fait partie des Iles sous le vent (pas la chanson de Céline et Garou hein !). Du coup, elle a pu nous organiser notre mariage traditionnel de loin, ce qui a été parfait.

Mais, ne panique pas, si ton rêve est de faire la même chose les agences de voyages ou les grands complexes hôteliers de là bas proposent ce genre de prestation.

Donc, 3 jours après notre mariage en métropole, nous nous envolions pour Taha’a ! Le paradis n’étaient plus qu’à quelques (longues) heures d’avion.

Les préparatifs

Avant de partir

D’abord, nous avons avancé les frais à notre cousine et son compagnon pour qu’ils puissent organiser la cérémonie : faire faire mon bouquet, prévoir les fleurs pour la déco, la nourriture pour le ma’a tahiti (= le repas, en polynésien), réserver le tahua (l’officiant de cérémonie) et les musiciennes, payer l’entrée sur le motu.
C’est à Céran que le mariage a eu lieu. Céran est une sorte d’icône de l’île déserte. Ce petit îlot emblématique est, donc, un motu (une maigre surface de terre émergée au centre d’un atoll) situé au large de l’île de Taha’a.
En fait, depuis 2010, l’entrée sur ce motu est payante pour contribuer à son entretien. Aussi, comptez env.
300 francs CFP = 2.50 € / pers.

Le motu Céran

Sur place, à J-1

D’abord : atelier confection ! Nous avons appris à fabriquer ce qui allaient nous servir de plats et d’assiettes pour le repas suivant la cérémonie. Mariage traditionnel oblige ! Alors, c’est toute une méthode de tressage bien particulière avec des feuilles de palmiers. Autant te dire que ça a été plus facile pour certains que pour Geoffray d’autres… Malgré quelques difficultés au départ, quand on a trouvé le coup on peux créer tout un tas de choses (des saladiers, des assiettes, des tapis…). On a vraiment adoré ce moment convivial où l’excitation commençait à monter !!!

Le jour J

Les derniers préparatifs :

Il semblerait que pendant que nous enfilions nos tenues de gala … d’autres se démenaient sur le motu pour nous créer un décor de rêve, entièrement végétal.

Pour notre jour J polynésien (et celui à Las Vegas), nous avons embarqué nos tenues de mariage dans nos valises… et qu’un kiff de pouvoir les ressortir !
Alors, au moment de mes essayages j’avais déjà parlé à la vendeuse de notre projet de voyage et de remariage. Elle m’a aidé à trouver ma précieuse composée d’une tunique en dentelle à mettre sur une robe qui, portée seule, est devenue parfaite pour un mariage sur la plage.
Du coup, pour l’occasion, nous avions acheté à Geoffray un ensemble short / chemise blanc.

La cérémonie du mariage traditionnel :

D’abord, une arrivée en bateau au son du Pu (prononcez “pou”, un gros coquillage musical) et du ukulélé. Mon dieu, que d’émotions !  Je n’étais pas descendue du bateau que j’avais déjà la larmichette.

A la sortie du bateau, nous avons été parés d’une couronne et de colliers de fleurs de tiarés (je te raconte pas l’odeur de folie). Nous avons été accueillis pas le grand prêtre qui nous a installé sur notre tapis tressé, la cérémonie a pu commencer.


Notre cérémonie s’est déroulée, selon la coutume, sur ce motu de rêve, avec comme seule toile de fond les eaux cristallines du lagon.


Pendant le mariage, le tahua nous a lié les mains avec une tresse, faite de feuilles de cocotier, symbole du lien sacré du mariage. Puis, nous a béni à l’eau de coco, symbole de pureté.


Alors, quand tu te maries en Polynésie, il est de tradition de t’attribuer un nom polynésien. Normalement, ce sont tes proches qui le choisissent pour toi en fonction de ta personnalité ou de votre histoire avec ton chéri. Du coup, il est choisi pour vous suivre tout au long de votre vie.

Aussi, nous nous appelons désormais Hérémoana (Héré = amour / Moana = océan). Hérémoana Tané (qui est le mari), et Hérémoana Vahiné (c’est gonflé qui est la femme).
Votre nouveau nom sera d’ailleurs inscrit sur le certificat de mariage en tapa (sorte de parchemin conçu à partir de matières végétales) qui vous sera remis après les festivités. Bien que le mariage traditionnel n’ait pas de valeur légale pour les touristes, votre nom polynésien peut être, quant à lui, officiel. En effet, lors de votre prochain voyage polynésien vous pourrez demander à ce que l’on vous appelle par votre nom traditionnel.

   

Nous avons clôturé la cérémonie, en musique, en danses et en chansons tahitiennes.


En définitive, la cérémonie de notre mariage aura duré env. 30 min.

L’après cérémonie :

Hop! Une petite séance photo ! Alors, autant te dire qu’on en a profité un maximum. Et quand tu vois ce décor naturel tu comprends pourquoi !

     

Une fois les photos terminées, je me suis changée et on a pu commencer à installer le ma’a. Pour l’occasion, nous avions invité 2 couples d’amis de nos cousins polynésiens et l’officiant avec les 2 musiciennes à rester manger avec nous, histoire de profiter ensemble de cette journée de folie.

Au menu du ma’a tahiti ? Du poisson cru à la tahitienne (thon mariné avec des petits légumes, du lait de coco et du citron vert), des poissons grillés, des bananes plantain grillées, du gâteau de taro (un tubercule), du gâteau de patate douce, de la noix de coco… le tout arrosé de punch of course !
En un mot : c’était une tuerie.

 

L’après midi s’est finalement terminée les pieds dans l’eau, avant de rentrer le cœur rempli d’émotions et de souvenirs.

    

Le coût

En bref, combien ça nous a coûté ? Approximativement : 580 €
Fleurs pour la déco et le bouquet = 100 €
Officiant et musiciennes = 250 €
Repas et boissons = 200 €
Entrées sur le motu = 30 €

Toi aussi tu veux te marier en Polynésie ou renouveler tes vœux ?

Alors, comme je te l’ai expliqué plus haut, les complexes hôteliers proposent quasi tous d’organiser des mariages traditionnels. En résumé, c’est donc assez simple d’organiser un tel évènement. Mais, ces hôtels très luxueux proposent des prestations en adéquation avec leur image… Par exemple, l’hôtel Taha’a Resort, propose plusieurs formules de 600€ à 1300€. N’hésites pas à aller faire un tour sur les sites de ces hôtels qui s’adaptent vraiment à tes envies.

Par ailleurs, le site Voyages de noces Polynésie répertorie les cérémonies sur toute la Polynésie, selon les îles. De 177€ pour une cérémonie d’anniversaire de mariage à 6530€ (!!!) pour une cérémonie de mariage à Bora Bora (avec tour d’hélico touça touça). Ainsi, il y a moyen de pouvoir trouver ton bonheur !!!

En somme, c’est sur qu’un mariage traditionnel peut représenter un budget sur une lune de miel.
Mais, crois moi, un voyage de noces en Polynésie est une expérience extraordinaire. De toute façon, à part d’avoir les moyens de voyager à l’autre bout du monde tous les ans, il serait dommage de rentrer en métropole en ayant le sentiment d’être passé à côté de quelque chose.
En conclusion, pouvoir se marier traditionnellement en Polynésie est une expérience culturelle, romantique, authentique, magique et unique en son genre qui transformera à coup sûr ton voyage en un souvenir impérissable, parole de Hérémoana vahiné 😉

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *